Mainmise et la liberté sexuelle

February 28th, 2011 by Christian Allègre

Samedi 26 février 2011. Nuit blanche à la Grande bibliothèque, dans le cadre du “Cabaret pas tranquille” mis en scène par Olivier Kemeid et présenté par Stéphane Crête : Linda Gaboriau et Christian Allègre, les deux seuls survivants de la première équipe de la revue Mainmise, lisent “Mainmise et la libération sexuelle”, manifeste écrit par Jean Basile et paru dans le No 10, janvier 1972, de Mainmise.

Stéphane Crête présente Christian Allègre et Linda Gaboriau

Christian Allègre (avec perruque afro), Linda Gaboriau, et le présentateur Stéphane Crête

MAINMISE, ORGANE QUÉBÉCOIS DU ROCK INTERNATIONAL, DE LA PENSÉE MAGIQUE, ET DU GAY SÇAVOIR.

MAINMISE et la Liberté sexuelle, par Jean Basile

  • La lutte pour la liberté à laquelle nous assistons en ce moment est généralement reconnue comme étant une lutte pour la liberté individuelle. La liberté sexuelle n’est donc pas isolée de cette liberté de l’individu dans un monde libre. Le principe de base est simple : chaque individu possède le droit naturel d’utiliser son propre corps comme il veut, sans avoir à ressentir la peur, la honte qui lui sont imposées par d’autres individus. De même, personne ne peut imposer ses volontés sur le corps d’un autre.
  • Violer quelqu’un est imposer ses volontés sur le corps d’un autre. Être nu ce n’est certes pas imposer ses volontés. De même, faire l’amour en public avec un partenaire consentant, ce n’est toujours pas imposer ses volontés sur les autres.
  • La perversion n’existe qu’en tant que mot. Si la liberté individuelle doit exister, la liberté d’explorer toutes les possibilités de notre corps érotique est nécessaire.
  • De même, la liberté individuelle nie radicalement les rôles sexuels; l’homme n’est pas plus dominant que la femme n’est soumise. Cette conception maître-esclave doit être rigoureusement abolie car, en un tel cas, tout le monde perd.
  • Par surcroît, nous devons abandonner aussi l’idée de jouer aux commerçants avec notre érotisme. Aucun homme ne devrait penser qu’il achète une femme de ménage en se mariant; parallèlement, aucune femme ne devrait penser qu’elle achète la sécurité au même titre que l’homme épousé lui achète une machine à laver.
  • Les objections à la liberté individuelle sont nombreuses. Les larmes et les huées sont partout. La notion d’immoralité surgit des larmes de ceux qui s’opposent à la liberté que nous voulons. Nous ne pouvons que leur répondre: “Pratiquez VOTRE moralité; nous pratiquerons la nôtre”. Ils vont nous dire que nous poussons à la tentation ceux qui sont faibles. Mais personne ne peut rien contre la faiblesse des autres. Chacun doit prendre conscience de sa force et de sa faiblesse et agir en conséquence.
  • “Mais nos petits enfants…” diront-ils. “Comment, diront-ils, allons-nous protéger nos petits enfants de cette immoralité?”. Nous répondrons d’abord que personne n’a été capable de protéger les petits enfants de tout le mal qu’on leur a fait durant les siècles passés: l’enseignement de la violence, de la domination, etc… Si les petits enfants appartiennent à quelqu’un, c’est d’abord à eux-mêmes… puis après, au monde entier.
  • “Mais, diront-ils, en se frappant la poitrine, vous ne pouvez dénier ce que ressent la pauvre mère pour son propre enfant”. Non. Nous ne pouvons pas nier ça. Nous ne pouvons pas nier davantage que cet instinct maternel existe chez tous les animaux, de la naissance au sevrage. Après, nous ne pouvons pas dénier que ça s’appelle la possession.
  • “Et le mariage, vont-ils crier, et le mariage. Vous allez détruire le mariage”. Nous répondrons que le mariage est, actuellement, la soumission à un contrat légal qui lie un partenaire à l’autre. selon la norme actuelle de l’existence de la propriété. Ceux qui entendent passer entre eux un tel contrat, sont parfaitement libres de le faire. Cependant PERSONNE, ni individu, ni groupe, ni couple ne devraient être obligés de soumettre leur relation mutuelle à un tel genre de contrat.
  • “Vous allez remplir notre beau monde de bâtards, vont-ils dire encore”. Les bâtards sont aussi des êtres humains, nous leur répondrons. Ce mot de bâtard n’est, en fait, qu’une marque de commerce destinée à blâmer, non pas l’enfant, mais ses parents pour un crime qu’ils auraient commis contre la loi.
  • La liberté sexuelle est authentiquement une partie de la liberté individuelle. L’une n’existera pas sans l’autre. Et c’est, ouvertement, une partie de notre combat.
[Ce manifeste était suivi, dans le numéro 10 de Mainmise, de dédicaces. Voici celles que nous avons choisi de lire:]
  • aux fronts de libération des femmes, pour nous avoir prouvé que les chaudrons valent bien les fusils;
  • aux fronts homosexuels, pour avoir redonné aux homosexuels la dignité qu’on leur avait enlevée.
  • à Allen Ginsberg qui a réussi les chefs-d’oeuvre de réunir en lui cinq minorités: communiste, drogué, homosexuel, juif, poète… puis de les assumer toutes dans le sourire et le calme.
  • à Bouddha qui a eu la sagesse d’inclure le sexe dans ses pratiques, au lieu de l’enfouir dans un tiroir.
  • à Woodstock, pour avoir fait de la nudité un acte de musique pure.
  • à tous les lecteurs de Mainmise, pour comprendre qu’au-delà des images, il y a une vérité qui s’appelle l’Amour et que l’amour ne peut pas exister sans liberté.

Christian Allègre

66 ans en 2010. Né en France. Transplanté en terre québécoise en 1968. Durant l'hiver 1969, rencontre d'abord Jean Basile, alors directeur des pages culturelles du quotidien Le Devoir, puis, chez ce dernier, Georges Khal, pusher de génie. De l'amitié qui se noue alors et des échanges entre ces trois compères est née l'idée de Mainmise.

More Posts

Négatifs Mainmise

January 24th, 2011 by Jean Guernon

Christian, tu te demandais ce qu’avait fait Jean (Basile) avec les négatifs que je lui ai apportés, il les a mis à la bibliothèque nationale apparemment, là : sur cette page.

Ils sont fermés aujourd’hui, je les rejoins demain car il y a la collection Mainmise indisponible mais pour nous peut-être. Je suis rejoignable à jguernon@hotmail.com, écris moi (ou ‘text’ moi sur LIVE).

Il y a presque un an…

January 14th, 2011 by Christian Allègre

Un échange épistolaire avec Georges, en janvier 2010, à l’ocasion de la mort de R.D. Salinger, qui donne une idée de ce qui l’occupait alors.
Ch.

——– Message original ——–
Sujet: Re: Salinger !
Date : Mon, 01 Feb 2010 10:30:11 +0700
De : Georges Khal
Répondre à : thrakian@gmail.com

Dear you,
Oui j’ai appris la mort de Salinger par internet et lu quelques articles dans le NYTimes.
Adolescent, j’avais lu Catcher et bien plus tard, sur le conseil de Pierre Gauthier, Franny and Zooey. Et puis après, plus rien.
Si je m’en tiens à la férocité avec laquelle Salinger s’est protégé, tradition que continue sses proches, j’imagine mal les inédits être publiés un jour.

Moi je vais toujours pareil. Prisonnier de Java dont je n’arrive pas à sortir.
Je suis plus ou moins constamment au bord de la faille faillite falaise, mais la vie s’arrange toujours pour déposer devant moi une planche (à minceur variable) me permettant de passer par dessus le gouffre. C’est si systématique que je suis devenu un anti-orphée au sens où je m’interdis de regarder en arrière.

Je survis par l’enseignement, quelques traductions, et des ventes d’oeuvres d’art, les miennes (!) et en ce moment de magnifiques reproductions de cartes anciennes. La vie ici n’étant pas cher, et ne payant pas de loyer depuis 2 ans et demi, je me retrouve avec beaucoup de temps libre pour travailler à mes choses à moi, compositions graphiques, lectures… et méditations hallucinantes sur les péchés de l’antiquité, méditations dans lesquelles je deviens, bien malgré moi, un père du désert, une sorte de (god help us) anachorète, mandaté à manger le caca des siècles passés pour le transformer en or… le tout selon une formule mathématique appelée Hamiltonian (quelles que soient les déformations que l’on fasse subir à chacun des paramètres d’un système complexe, la somme totale sera tjrs identique : between you and me, mindboggling.) Bref, d’un point de vue très cosmique, je passe beaucoup de temps à sauver et récupérer chacun des esclaves du temps passé. Quand aux maîtres, il faut les rédempter.
Tout ce qui précède est un peu beaucoup outré, mais imagine ça dans un roman de science-fiction intimiste ! Yeah !

Citation du jour, Descartes, dans les premières pages du Discours, très très drôle, et archi-moderne.

«Car il me semblait que je pourrais rencontrer beaucoup plus de vérité dans les raisonnements que chacun fait touchant les affaires qui lui importent, et dont l’événement le doit punir bientôt après s’il a mal jugé, que dans ceux que fait un homme de lettres dans son cabinet, touchant des spéculations qui ne produisent aucun effet, et qui ne lui sont d’autre conséquence, sinon que peut-être il en tirera d’autant plus de vanité qu’elles seront plus éloignées du sens commun, à cause qu’il aura dû employer d’autant plus d’esprit et d’artifice à tâcher de les rendre
vraisemblables.»

LOL !

À plus,

Georges

PS. Sais-tu où niches aujourd’hui Louise Daigneault ?

____________________
Christian ALLEGRE wrote:
>
> Salut Georges,
>
> Salinger vient de mourir, à 91 ans, comme tu le sais sûrement.
> Je le salue et te salue, car c’est toi et MT qui me l’avez fait connaître, il y a plus de… 40 ans!
> Il paraît qu’il laisse beaucoup d’inédits…
>
> J’espère que tu vas bien.
>
> Ch.

Christian Allègre

66 ans en 2010. Né en France. Transplanté en terre québécoise en 1968. Durant l'hiver 1969, rencontre d'abord Jean Basile, alors directeur des pages culturelles du quotidien Le Devoir, puis, chez ce dernier, Georges Khal, pusher de génie. De l'amitié qui se noue alors et des échanges entre ces trois compères est née l'idée de Mainmise.

More Posts

Dernier échange avec Georges

November 19th, 2010 by Christian Allègre

Mon dernier échange de courriels avec Georges ! Il était pressé, ce jour-là !…

Dans ce rapide courriel, s’exprime tout l’amour de Georges pour sa patrie spirituelle : la Grèce antique !

“Le cher Maurice” dont il est question est Maurice Barrès (1862-1923), l’auteur du Culte du moi, formé comme toute sa génération par les grandes voix de Taine et de Renan, dont Georges me recommande plus bas de relire “La Prière sur l’Acropole”, que Barrès critique pourtant dans ses Huit jours chez M. Renan. Georges me recommande aussi Le Voyage à Sparte où Barrès, au terme d’un voyage quelque peu désenchanté, conclut que la Grèce n’est pas sa famille spirituelle !… Georges avait sa manière à lui de lire !…

Théo Khal m’a apporté deux caisses de livres (sur trois) ayant appartenu à Georges et qu’il m’a légués. Il s’agit bien sûr de reliquats, de livres invendables, le plus gros de la bibliothèque de Georges ayant été vendu à Jacques Viaud en 1990 (je crois!). Théo les a conservés dans son sous-sol et ces pauvres livres sentent le moisi. On y trouve les ouvrages les plus divers : philo, science (cerveau), romans, dont trois Barrès, quelques partitions de musique : Bach, Schuman, Beethoven… Aucune surprise. Rien de réelle valeur. En juillet dernier, j’avais dit à Théo de prendre ce qui pouvait lui être utile… Il aura fait son tri. Peut-être aura-t-il donné certains livres aux soeurs de Georges, qui ont été très affectées par son décès. Je m’attendais à y trouver les romans de Mary Renault, que Georges affectionnait. Ils n’y sont pas. En revanche — c’est très émouvant — une quinzaine de cahiers manuscrits, de plusieurs époques. Dieu sait quand j’aurai le goût, le temps, la force… de les lire !

Voici en tous cas notre dernier échange, en mars 2010. Le point de départ est une série de conférences de George Steiner à l’École normale supérieure, rue d’Ulm à Paris, que je lui avais mentionnées….

Christian

——– Message original ——–

Sujet: Re: Steiner encore
Date : Sun, 14 Mar 2010 09:26:01 +0700
De : Georges Khal
Répondre à : thrakian@gmail.com
Pour :

J’ai téléchargé et sauvé en mp3 les 3 conférences mais pas eu encore le temps de les écouter.
(Merci pour la référence. Steiner fut un de ceux qui m’ont appris à penser longtimeago…

temple sicilien, Ségeste, oui certainement.
Paul Valéry !! Hymne aux colonnes, peut-être…
La Grèce, t’encourage et te jalouse d’y aller…

Avec les problèmes qu’ils ont peut-être les prix seront moins chers…
Leur tourisme va prendre un coup dur…

Relire la Prière sur l’Acropole et le Voyage à Sparte du cher Maurice !!!
Et depuis qu’a-t-on écrit ? «Les Grecs croyaient-ils à leur mythes ?»
le stupid question par excellence… (dit avec un fort accent anglais)

Ai vu l’an passé à Singapour l’exposition d’art grec prêté par le Louvre…
On reste bouche bée… comme si on n’y comprenait rien…
Accent mis sur l’excellence et la compétition pour y arriver…

Note : c’est comme pour Platon, je me demande s’il existe a une seule bonne traduction des Dialogues ?
But that’s another subject…!

dimanche matin, les pluies ont cessé, beau soleil ciel bleu…

Georges

____________________
Christian ALLEGRE wrote:
>
> Cher Georges,
>
> Si tu écoutes la 2e conférence de Steiner, tu noteras vers la fin un passage consacré à Paul Valéry, où il évoque un temple sicilien, qu’il compare à Chartres et au Musée de Bilbao. J’entends “Sagesse”, mais ne s’agirait-il pas de Ségeste ? Rien de très important, comme tu vois, mais dis-moi ce que tu entends.
>
> Depuis quelque temps en effet, je forme le projet d’aller en Grèce, de visiter la grande Grèce de l’Antiquité, sur les lieux, en quelque sorte, du fameux miracle grec, i.e. de voir ce qui reste de tout ce qui a fourni ses bases à l’éducation dont je suis issu. Cela manque vraiment à mon éducation et à 66 ans il ne faut pas que je tarde trop.
>
> Porte-toi bien,
>
> Ch.
> —
> Christian Allègre Ph. D.
> Traducteur
> allegre@sympatico.ca

Christian Allègre

66 ans en 2010. Né en France. Transplanté en terre québécoise en 1968. Durant l'hiver 1969, rencontre d'abord Jean Basile, alors directeur des pages culturelles du quotidien Le Devoir, puis, chez ce dernier, Georges Khal, pusher de génie. De l'amitié qui se noue alors et des échanges entre ces trois compères est née l'idée de Mainmise.

More Posts

Regard sur la jeunesse de Georges

October 4th, 2010 by Christian Allègre

Appel de Théo Khal ce midi, 4 octobre 2010. Il accuse réception de mon récent courriel, où je lui ai demandé d’écrire “un petit laïus” sur l’enfance et l’adolescence de Georges. Il me promet de le faire bientôt. Je ne suis pas sûr que l’enfance et l’adolescence de Georges soit un sujet qui passionne tout le monde, mais moi oui, qui l’ai connu si proche encore de son adolescence, une adolescence rétive, dont l’intelligence s’est déjà heurtée à la bêtise des règlements scolaires, à l’incompréhension et l’étroitesse d’esprit des adultes.

Ted est arrivé avec Georges par bâteau à Halifax en septembre 1951, me raconte-t-il. C’est donc à 6 ans que Georges est arrivé au Canada, et non à 8. Son père a eu toutes les misères du monde à lui trouver une place à l’école. Il a abouti pensionnaire chez les Carmélites à Jacques Cartier. Période difficile pour le petit Georges. Il parle le français “châtié” qu’on lui a appris au lycée français de Beyrouth. Les autres enfants se moquent de lui. Parce qu’un ostracisme similaire a marqué ma propre enfance,  je suis persuadé que ce rejet par ses semblables a marqué Georges aussi, sans doute pour la vie. Son père en parle encore aujourd’hui en tous cas.

Théo retire donc Georges de cette institution où il souffre et le met chez les soeurs du Mont Jésus-Marie à Outremont. Il y devient un brillant élève. L’été, il passe quelque temps dans un camp pour enfants musiciens près de Boston.  Il est violoniste. Il y a pour professeur, entre autres, Pierre Monteux, célèbre violoniste et chef d’orchestre, qui doit bien avoir alors 80 ans à cette époque… Un jour il se fait voler son violon. Ted raconte que malgré son offre répétée, Georges, dégoûté, ne voulut jamais que son père lui en rachète un autre. Étrange!

Au terme de ses études primaires, le jeune Georges Khal est accepté au Collège Brébeuf avec une note de passage de 90% et tous les honneurs. L’administration du collège souhaiterait avoir ce bon élève dans ses rangs. Ils appellent Théo régulièrement. Mais les soeurs veillent au grain. Elles convainquent le papa que Brébeuf est un repère pour nouveaux riches, où des chauffeurs viennent à la sortie des cours chercher les étudiants qui n’ont d’autre souci – ô horreur – que de “courir le jupon” ! Le papa s’effraie et met son fils au petit Séminaire, i.e. au Collège de Montréal, où Georges sera régulièrement premier de classe mais très, très malheureux, en conflit presque constant avec des censeurs, des préfets de discipline, et une administration imbéciles.
En 1993, Georges avise dans ma bibliothèque un livre sur la basilique pythagoricienne de la Porte Majeure à Rome. Je l’ai acheté d’occasion à la librairie Henri-Julien. Sa particularité est que la couverture du livre porte une énorme et très disgracieuse signature à l’encre, qui la recouvre de part en part, en travers des titre et nom de l’auteur. Georges m’explique que ce livre, dont il reconnaît le paraphe, a appartenu à l’un des préfets abhorrés du séminaire qui lui ont mené la vie dure : un savant, dit-il, mais une brute. Je lui ai donné le livre. Il l’a accepté, la rage ancienne s’étant transformée avec le temps en un plaisir douloureux. Ô Freud !

(à suivre)

Christian Allègre

66 ans en 2010. Né en France. Transplanté en terre québécoise en 1968. Durant l'hiver 1969, rencontre d'abord Jean Basile, alors directeur des pages culturelles du quotidien Le Devoir, puis, chez ce dernier, Georges Khal, pusher de génie. De l'amitié qui se noue alors et des échanges entre ces trois compères est née l'idée de Mainmise.

More Posts

Bande dessinée de Georges

September 25th, 2010 by Jean Guernon

Je suis tombé sur ce texte de Georges (MM 44) aujourd’hui. On le trouve à:

http://www.mainmise.ca/Descente_Georges_Khal.pdf

Carte des sciences de la complexité

September 20th, 2010 by bruno boutot

Un truc qu’aimerait Georges:

Map of Complexity Science

bruno boutot

bruno boutot

Statégies de médias numériques: médias sociaux, communautés, commerce

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInFlickr

The Gods & Georges really rock!

September 14th, 2010 by Jean Guernon

La page pour l’album CD de Georges est en ligne sur cette page:

http://www.mainmise.ca/Georges_Khal-The_Gods_Rock

Tableau ayant servi de modèle au Répertoire des Outils Planétaires

September 9th, 2010 by Jean Guernon

Voilà le tableau, enfin, ce qu’il en reste (avec un meilleur éclairage).

——————————

Grandeur HDMI – 1080 i :

http://www.mainmise.ca/Repertoire_outils_planetaires/tableau_rep_outils_planetaires.jpg

——————————-

Il a été malheureusement endommagé par un toit qui fuyait. Là il est accroché dans un de mes pommiers, endroit idéal pour le prendre en photo. 🙂

Bibliographie: réponses de la BANQ

September 7th, 2010 by bruno boutot

Formulaire de demande de renseignements en ligne de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Date d’envoi : 2010-08-31
De : Bruno Boutot

Bonjour,

Suite au décés de Georges Khal, j’ai réalisé qu’il n’y avait pratiquement rien de disponible en ligne sur le magazine Mainmise et/ou les écrits de Georges Khal.

Avec un groupe de bénévoles, je cherche à rendre tous ces documents accessibles.

Dans quelle mesure pouvez-vous nous aider:
pour la bibliographie?
pour la numérisation?
pour l’accès en ligne?

Merci.

2010/9/1 BAnQ – Services aux usagers

Bonjour monsieur Boutot

Le catalogue Iris indique que les documents suivants sont disponibles à la Grande Bibliothèque :

Entre les rêves et l’histoire : entretiens avec Georges Khal
Rocher, Guy, 1924-
Montréal : VLB, cop. 1989

La Marijuana
Montréal : Editions de l’Aurore, cop. 1977

Mainmise
Montréal : Payette et Payette, 1970-1978

Mainmise [microforme]
Montréal : Société canadienne du microfilm

D’autre part, les abonnés de BAnQ peuvent consulter deux bases de données qui renvoient à des documents sur Georges Khal. Euréka donne accès à 42 articles de journaux, et Repère renvoie à 5 articles de revues. Ces bases de données sont accessibles sur place uniquement.

Il faut aller sur le portail de BAnQ au www.banq.qc.ca puis cliquer sur l’onglet Ressources en ligne, au haut de la page, puis sur Toutes les ressources. Cliquez ensuite sur la lettre E ou R, selon la ressource qui vous intéresse, puis sur le titre (Euréka ou Repère). Saisissez votre numéro de client et votre mot de passe.

En ce qui concerne les droits de reproduction (de même que la numérisation et l’accès en ligne), adressez-vous à l’organisme Copibec pour vérifer s’ils gèrent les droits des documents qui vous intéressent. Dans le cas contraire, il faut s’adresser à l’éditeur ou l’auteur (ou les ayant-droits) des documents concernés.
Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

N’hésitez pas à faire appel à nos services de nouveau.

Les services aux usagers

De : Bruno Boutot
Envoyé : 1 septembre 2010 22:26
À : BAnQ – Services aux usagers
Objet : Re: BAnQ : Georges Khal et Mainmise

Bonjour, personne serviable et néanmoins anonyme,

Merci de votre réponse.

Je ne comprends cependant pas tout à fait: à quoi sert-il que j’accède aux “Ressources en ligne” si tous ces documents ne sont disponibles que sur place?

Pour la bibliographie?

Plusieurs personnes m’ayant demandé ce qui est disponible à la Grande Bibliothèque, me donnez vous l’autorisation de prublier votre réponse sur le site?

Enfin, est-ce que ça fait partie de vos obligations de répondre de façon anonyme? Qu’est-ce qui peut le justifier?

Merci de votre aimable et prompte collaboration.

Bonjour Monsieur Boutot,

Nous vous avons donné la référence à 4 documents de, ou sur Georges Khal disponibles à la Grande Bibliothèque. Vous pouvez inscrire sur votre site que ces documents sont disponibles à la Grande Bibliothèque. Il s’agit des titres suivants. Cliquez sur le titre pour voir la description complète du document.

Entre les rêves et l’histoire : entretiens avec Georges Khal
Rocher, Guy, 1924-
Montréal : VLB, cop. 1989

La Marijuana
Montréal : Editions de l’Aurore, cop. 1977

Mainmise
Montréal : Payette et Payette, 1970-1978

Mainmise [microforme]
Montréal : Société canadienne du microfilm

Nous ajoutons les titres suivants, également disponibles à la Grande Bibliothèque, mentionnés dans l’article du journal Le Devoir de Michel Bélair du 20 juillet dernier ou dans le Catalogue des bibliothèques du Québec.

Le nouvel ordre technologique
Franklin, Ursula, 1921-
[Saint-Laurent] : Éditions Bellarmin, cop. 1995

Le jardin naturel, 2 : le jardin apprivoisé
Michel, Mère, [Michel Chevrier] 1946-
Montréal : L’Aurore, 1978.

Le Répertoire québécois des outils planétaires : un ouvrage collectif
Montréal : Alternatives, c1977.

Le Répertoire québécois des outils planétaires
[Montréal] : Editions Mainmise ; Saint-Laurent : Editions Flammarion, cop. 1977- . —

Système et structure : essais sur la communication et l’échange
Wilden, Anthony, 1935-Montréal : Boréal Express, [1983]

Les Indiens, la fourrure et les Blancs : [Français et Amérindiens en Amérique du Nord]
Trigger, Bruce G. (Bruce Graham), 1937-

Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée– : témoignages
[Paris : Gallimard], 2007, c1981.

Les drogues expliquées aux adolescents
Boutot, Bruno
Montréal : Editions Univers, 1980

Nous avons également repéré des articles de journaux et des articles de périodiques sur Georges Khal en consultant les bases de données Eureka et Repère. Notre abonnement à ces bases de données permet l’accès sur place, à la Grande Bibliothèque pour les abonnés de BAnQ et non à distance. Notez que l’abonnement à BAnQ est gratuit pour les résidents du Québec.

Nous vous invitons à venir consulter ces bases de données à la Grande Bibliothèque. Si vous ne pouvez venir sur place vous pouvez consulter ces bases de données dans d’autres bibliothèques. Plusieurs bibliothèques publiques, scolaires et universitaires ont un abonnement à ces bases de données.

Vous pouvez également obtenir des articles par prêt entre bibliothèque (PEB) en contactant votre bibliothèque locale.

Concernant l’autorisation de reproduire et de diffuser ces articles il faut contacter Copibec [pour vérifer s’ils gèrent les droits des documents qui vous intéressent], tel que mentionné dans notre premier courriel.

Pour terminer, sachez que nous sommes une équipe de plusieurs bibliothécaires qui travaillent à la Référence à distance de BAnQ. Un bibliothécaire peut répondre partiellement à une demande et ce sera un autre qui reprendra la question.

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

N’hésitez pas à faire appel à nos services de nouveau.

Les services aux usagers

Établir la bibliographie est de toute évidence un travail de longue haleine.
Nous savons maintenant ce qui est disponible à la Grande Bibliothèque et les volontaires sont bienvenus pour collaborer à cette entreprise.

Nous savons aussi que les gens des “services aux usagers” sont efficaces et plein d’humour sous leur tenue de carmélites.

Incorrigible, il me fallait quand même une illustration et Google m’a offert celle-ci, que j’ai un peu modifiée. Ça tombe bien parce que les vieux humoristes français genre Funès faisaient beaucoup rire Georges (OMG, il aimait même Fernad Raynaud!).

bruno boutot

bruno boutot

Statégies de médias numériques: médias sociaux, communautés, commerce

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInFlickr