Cher Georges, WTF?

September 13th, 2015 by bruno boutot
PLAYINGGOD-STEPHENYULL
«C’est merveilleux à chaque fois, n’est-ce pas?»
Playing God, illustration de Stephen Youll, 1998
Le 9 septembre, cette semaine, c’était l’anniversaire de Christine: 9/9, facile de s’en souvenir, donc je m’apprête à lui envoyer un mot, comme chaque année. Mais en vérifiant son adresse de courriel, surprise, je découvre qu’elle m’a envoyé un mot quelques semaines auparavant! #

Salut beauté!
Le hasard a fait que je me suis retrouvée sur ton site « Pas Pied » et j’ai pris beaucoup de plaisir à relire tout ce qui s’y trouve.
Tu as fait un travail magnifique!!!!
Je me demandais si ce site est toujours vivant et de quelle façon on peut y ajouter des commentaires.
Toi qui sais tout, dis-moi.
À partdesta, ça va papire pantoute… et encore mieux quand il y a du soleil.
Bises. #

Oh shit! WTF Georges? Paspied! Sans jeux de mots, c’est un peu chez moi – ou une extension de – mais je n’y ai pas mis les pieds depuis une éternité. #

Claude Fruchier
Sep 8
to Bruno
Cher monsieur Boutot Bruno, #

  #

bruno boutot

bruno boutot

Statégies de médias numériques: médias sociaux, communautés, commerce #

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInFlickr #

#

5 Responses to “Cher Georges, WTF?”

  1. Christian Allègre Says:

    Superbe, Bruno ! Et tellement le fun à lire.
    La photo de Georges est superbe.
    Maintenant je comprends pourquoi tu flippais. Christine, Claude… C’est fou ces coïncidences qui n’en sont pas !

    A +

  2. Christine L'Heureux Says:

    Allez, Puff-Puff!
    On veut tout savoir et tout voir. Shoote les photos que tu as. Pour nous faire plaisir.
    Moi aussi, j’ai presque 70 ans et je me souviens de ce moment de nos vies avec délice.
    Nous sommes à l’âge des souvenirs et j’assume.
    Merci pour cette photo de Georges. Il faudrait tout mettre sur le site de Georges sur Facebook.
    Parce que sa deuxième famille, là-bas, au bout du monde, serait aussi très contente d’avoir de ses nouvelles.
    Bises.

  3. Marc-André Brouillard Says:

    Je cohabite aussi au 9/9 et en relisant les premières entrées du blogue, je réalise que j’avais 34 ans lorsque Mainmise m’a mis la main au collet et m’a extirpé de la tour de Radio-Canada. Turn on, tune in, drop out, qu’il disait…

    Mais c’était en 2005, pas en 1966. Ah !, ce que le Web peut nous faire découvrir comme pépites. D’ailleurs, Mainmise l’avait déjà annoncé dans son édition de juin 1971 : « Tous les computers du globe, toute la science, toute la sagesse, toute l’expérience humaine deviendront accessibles à chaque individu. Chacun de nous pourra puiser à volonté dans l’intelligence collective de milliards d’autres humains, de la même façon que chaque cellule du cerveau humain puise dans l’intelligence collective de milliards d’autres cellules sœurs. »

    Quelle trouvaille que Mainmise ! Bien plus qu’une pépite, c’était la pierre philosophale, ou la Pierre de Rosette, appelez le comme vous voulez, bref c’était pour moi le déclencheur, la genèse. Christian me dira qu’à Montréal il y avait les freaks anglos de Logos, juste avant, mais en français, c’était Mainmise, lancé de surcroit en Octobre 70 avec une toile de fond politique mythique. La nuit dernière, après avoir lu ton texte Bruno, j’ai eu plusieurs flashbacks de mon projet de documentaire. J’en ai souvent d’ailleurs, mais je n’aime pas trop ruminer le passé. Je voudrais, j’aurais voulu… WTF Georges, pourquoi tu as raté ton avion !?!

    Et puis fuck, l’important, c’est les pages de ce blogue qui inspirent, qui font rêver, qui nous ouvrent des portes et duquel on devrait tous se faire un double des clés. C’est le projet de livre de Jean-Philippe Warren sur la contre-culture, fantastique ! Ou encore les archives polaroïds de Claude Fruchier, oui Shoote ! Bref, c’est votre mémoire. Merci cellules sœurs !

  4. Christian Allègre Says:

    Salut Marc-André,
    Merci et bravo pour ce beau texte sensible.
    Ne perds pas espoir pour le documentaire. Il est probable que le livre de Jean-Philippe Warren va créer un peu d’intérêt, et, qui sait, éveiller la curiosité d’un producteur.
    Ch.

  5. Claude Fruchier Says:

    Bien cher Marc-André !
    je regrette un peu qu’on ne se connaisse pas. On aurait sûrement plein de choses à se dire concernant un projet de film sur Mainmise! Parce que en 1999, j’avais eu l’envie d’un pareil sujet… J’en avais parlé à Georges, qui n’était pas contre. Mais le truc nécessitait quand même un budget assez conséquent (tu dois en savoir quelque chose !).
    Alors, pris par mes propres activités de réalisateur, et devant la difficulté de trouver des financements en France, j’avais un peu mis de côté… Cinq ans après, avec un appui québécois, on serait peut-être arrivé à quelque chose. Mais il n’est peut-être pas trop tard ? On lâche pas !!!

Additional comments powered by BackType